Tout le monde a compris que le rendement d'un poêle à bois est un critère important.

Ce que les consommateurs ne voient pas, c'est que le rendement d'un poêle chute dramatiquement si on ne chauffe pas "au nominal".

Le problème, c'est qu'en même temps, les consommateurs cherchent la puissance, confondant taille du corps de chauffe et autonomie!

le raisonnement est:

je veux de l'autonomie, donc je prends un grand corps de chauffe, donc je prends une grande puissance, et je le mettrai en sommeil pour pas crever de chaud (14 kw dans 110 m2, ca chauffe.... comme 14 convecteurs!)

oui, sauf qu'à vitesse réduite le rendement s'écroule, l'aéraulique s'écroule, le poêle s'encrasse, on pollue des poussières et du CO... bref, ca ne va pas.

Au point de vue écologique, et économiquement, il vaut mieux un petit poêle bien rempli qui tourne au nominal pendant 10 heures avec une option feu continu, qu'un gros poêle qui tourne à faible allure pendant 10 heures! le rendement et donc le coût du chauffage s'en ressent.

Par contre, qui dit petit poêle, dit petit bois... et donc plus cher.