SI on ne regarde que la capacité calorifique, il n'y aurait que 30% de capacité calorifique en moins entre un bois "presque sec" et un bois presque frais. (à 20%: 4 mwh/tonne, contre 3 mwh/tonne à 40%)

Par contre, si on regarde la capacité d'inflammation, la fumée dégagée, et la pollution engendrée... le bilan est désastreux.

Un bon bois de chauffage peut sécher, dans certaines conditions, à 20% d'humidité en moins de 7 mois. Dans d'autres conditions, il lui faut 2 ans (les fameux 2 ans de séchage), et encore. Enfin, les plus modernes des fabricants de bois à l'étranger ont installé un séchoir, ce qui permet de garantir une qualité constante.